Chocolats

DSC_0124

Publicités

Mourir pour le logiciels libres

Un informaticien très connu en Syrie exécuté en détention

Un informaticien syrien connu, Bassel Khartabil Safadi, a été exécuté en 2015 trois ans après son arrestation par les forces du régime en pleine guerre dans le pays, a annoncé sa veuve. Photo tirée de la page Facebook The Syria Campaign

Conflit« Les mots me viennent difficilement au moment où je m’apprête à annoncer (…) la confirmation de la peine de mort et l’exécution de mon mari Bassel Khartabil Safadi », a écrit Noura Ghazi Safadi sur sa page Facebook dans la nuit de mardi à mercredi.

OLJ/AFP
02/08/2017

Un informaticien syrien connu, Bassel Khartabil Safadi, a été exécuté en 2015 trois ans après son arrestation par les forces du régime en pleine guerre dans le pays, a annoncé sa veuve.

Grand défenseur d’un meilleur accès à internet en Syrie avant le déclenchement du conflit, Safadi est de père palestinien et de mère syrienne. Des rumeurs sur son exécution en détention avaient circulé en 2015.

« Les mots me viennent difficilement au moment où je m’apprête à annoncer (…) la confirmation de la peine de mort et l’exécution de mon mari Bassel Khartabil Safadi », a écrit Noura Ghazi Safadi sur sa page Facebook dans la nuit de mardi à mercredi.
« Il a été exécuté quelques jours après avoir été transféré de la prison d’Adra (près de Damas) en octobre 2015. C’est une fin qui sied à un héros comme lui », poursuit sa veuve qui avait épousé Bassel Safadi alors qu’il était en détention.
« C’est une perte pour la Syrie, c’est une perte pour la Palestine, c’est une perte pour moi », ajoute-t-elle.

Bassel Safadi avait été arrêté en mars 2012 dans la foulée de la répression menée par le régime du président Bachar el-Assad contre la révolte pacifique déclenchée un an plus tôt.
Des pétitions et des appels d’ONG comme Human Rights Watch et Amnesty avaient été lancées pour la libération de l’informaticien, exécuté à l’âge de 34 ans.

Ce dernier était très connu dans la communauté mondiale dite de l’internet libre (open internet), qui prône une utilisation non restreinte de la toile.
Son travail était d’autant plus important dans un pays régi par un régime autoritaire depuis plus d’un demi-siècle et où la censure est reine. Internet n’a été introduit en Syrie que dans les années 2000 avec des restrictions imposées sur plusieurs sites.

En 2016, HRW avait souligné que la détention de l’informaticien « semble être la conséquence directe de son travail légitime et pacifique pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’expression ».

Bassel Safadi a notamment contribué à des projets dits « open source » comme Mozilla Firefox ou Wikipedia.
Ayant lancé à Damas en 2010 Aiki Lab -dédié aux technologies collaboratives-, il a « permis aux gens d’avoir de nouveaux instruments pour s’exprimer et communiquer », écrivait le Guardian dans un portrait de lui en 2015.
De quoi inquiéter le pouvoir à Damas, d’autant plus que les réseaux sociaux ont été le moyen de communication privilégié des militants anti-régime pour couvrir la révolte.

Celle-ci, durement réprimée, s’est transformée en guerre civile sanglante qui a fait plus de 330.000 morts.
L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a lui aussi confirmé l’exécution de Bassel Safadi.
Plus de 60.000 personnes ont été exécutées ou sont mortes sous la torture dans les geôles du pouvoir, selon l’ONG qui estime à plus de 200.000 le nombre des détenus aux mains du régime.

 

Pour mémoire

Révélations US sur la prison de Saydnaya : pressions sans conséquences ?

La Syrie toute entière est une « chambre de torture », s’alarme l’Onu

Saydnaya, la plus redoutable des prisons du régime

La « politique d’extermination » dans les prisons syriennes une nouvelle fois dénoncée

Les gardes adoraient nous distribuer de la nourriture et nous interdire d’y toucher »

Dans les prisons du régime syrien, « un déni total d’humanité »

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L’Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d’oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l’article concerné et que l’espace « réactions » de L’Orient-Le Jour, afin d’éviter tout dérapage, n’est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

Mon Amour….

Faire de l’Amour une méditation

Je vous partage aujourd’hui un article, que je dédie plus particulièrement aux hommes, et qui me tient particulièrement à cœur, étant moi-même sur le chemin retour du féminin sacré.
Il va de soi que le sexe sacré y est associé. Mais le formatage sociétal a transformé depuis des milliers d’années ce qui était pur et beau, en un véritable challenge à la performance et à l’excitation. Bien des hommes y restent accrochés en ne se permettant pas le retour à leur véritable masculin. La femme est Amour pur. La femme est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, pour être aimée de l’homme, tel qu’il est aujourd’hui. Mais sa véritable nature est tout simplement Amour.
Il n’est nul besoin d’être hautement « perché » pour s’initier, il faut bien commencer par entreprendre pour bâtir. Il suffit simplement de le vouloir, de ressentir l’Amour et annihiler ses peurs de l’inconnu.  La femme qui partage votre vie est la partenaire idéale car toute femme n’est qu’Amour. C’est sa Nature. 

Messieurs, ne privez pas la Femme de cet Echange Divin, par pur égoïsme. Si vous êtes réellement sur un chemin spirituel, vous y trouverez l’extase et le véritable dessein d’un couple, non pas dans la dualité mais dans l’unité. 
Cet article est riche, il est une brève synthèse d’un livre écrit par Diana et Michael Richardson qui sont les auteurs de plusieurs ouvrages sur la sexualité et la relation de couple et qui ont été traduits dans plusieurs langues.
Chrysalyda

Le slow sexe pour les Hommes 
Faire de l’Amour une méditation

Le sexe n’est pas ce qu’il semble être. Nous avons tous hérité d’idées préconçues au sujet de la sexualité, qui sont souvent fausses et forment un écran, une barrière, qui nous sépare du vrai pouvoir de la sexualité. Quand nous regardons au-delà de cet écran de malentendus, nous découvrons que le sexe est totalement différent de ce que nous pensons qu’il est.

En explorant ma propre sexualité, j’ai découvert la vraie fonction du sexe, qui est d’apporter plus d’amour dans notre monde. Chaque personne peut devenir un messager d’amour en créant plus d’amour et ainsi apporter sa contribution au monde.

L’écran des conditionnements – nos expériences passées et nos idées- limite l’expression de notre sexualité en tant qu’être humain. Après tout, que veut un homme quand il fait l’amour à une femme ? Quelle est la motivation profonde pour faire l’amour ?

Ce n’est pas pour arriver à l’éjaculation ; c’est pour être aimé de la femme.

La femme est source d’amour, la mère de l’amour, et moi, en tant qu’homme, je peux avoir accès à cet amour. Pour moi, tout n’est question que d’amour. En étant dans le présent, j’ai découvert que dans la tranquillité, y compris la tranquillité intérieure dans le mouvement, je peux avoir accès ou connecter le « jardin d’amour » dans la femme. Et il n’y a rien de plus satisfaisant et touchant que de voir une femme s’ouvrir et irradier d’amour.

J’ai un espoir pour l’humanité ; c’est que l’homme trouve un chemin pour traverser l’écran du conditionnement sexuel, pour venir se détendre dans son autorité masculine naturelle. Pour qu’il puisse faire la paix avec la femme et faire l’amour à son corps, à son cœur et à son âme. p.7

Tous les enjeux majeurs qui ont toujours été considérés comme faisant partie de la sexualité sans jamais être remis en question tombent tout simplement.

Que nous en soyons conscient ou pas, une grande partie de notre personnalité, identité et perception de nous-même, trouvent leurs racines dans le sexe et dans la façon dont nous nous ressentons en tant qu’être sexuel. Le sexe joue aussi un rôle de confirmation de notre pouvoir et de notre puissance. Il est donc lié – consciemment ou inconsciemment – avec notre tentative de prouver notre vraie valeur et avec la pression de la performance qui en découle.

L’homme qui commence à expérimenter une sexualité plus tranquille, à l’opposé de ce que nous avons décrit ci-dessus, relate un soulagement extrême de ne plus subir de stress.

Tous les enjeux majeurs qui ont toujours été considérés comme faisant partie de la sexualité sans jamais être remis en question tombent tout simplement. Ils ne sont plus d’aucune utilité. Pour se détendre dans sa sexualité, l’homme doit être encouragé à abandonner l’idée qu’en tant qu’homme, il est responsable à 100% de la qualité de l’échange sexuel, qu’elle soit bonne, passable ou insatisfaisante.

Au lieu de porter l’entière responsabilité de l’acte sexuel, ce qui lui demande un effort surhumain, l’homme peut découvrir comment simplement être en amour, intensément présent ici et maintenant, et explorer une nouvelle sexualité plus détendue, libre de la performance, sans efforts ni tensions.p.17

Ne pas être apprécié en tant qu’amant peut être très difficile à digérer pour un homme.

Une femme peut critiquer un homme sur pas mal de sujets, lui reprocher d’être un mauvais cuisinier, un mauvais conducteur, d’avoir un travail médiocre ou même d’être un mauvais père. Ces critiques ne sont certes pas faciles à entendre, mais elles ne sont pas rédhibitoires. Mais lorsqu’une femme se permet de critiquer nos comportements sexuels, de remettre en question nos performances d’amant, alors ces mots nous atteignent à l’endroit le plus vulnérable et ébranlent notre ego de mâle. Ne pas être apprécié en tant qu’amant peut être très difficile à digérer pour un homme.p.16

Ces ruptures du lien d’amour semblent tellement naturelles qu’on ne les associe pas directement à la sexualité

L’homme doit être conscient que souvent la femme s’identifie à l’orgasme/éjaculation de son homme.

Dans ces quelques instants, la femme a l’impression que l’homme se donne à elle, et pour la femme c’est une sorte de confirmation. L’ironie est qu’elle déclenche chez l’homme le syndrome post-éjaculatoire, involontairement il perd de sa puissance (et elle aussi), tandis que le lien d’intimité et d’amour est rompu ou s’évapore. Parfois ces ruptures du lien semblent tellement naturelles qu’on ne les associe pas directement à la sexualité. On pense que c’est dû à notre personnalité et à notre façon de réagir. Pourtant, l’homme qui pratique la rétention d’énergie va commencer à se sentir totalement différent dans sa vie quotidienne. Les hommes racontent le plaisir qu’ils sentent naître dans leur cœur, la légèreté et la chaleur lumineuse qui irradie dans tout leur corps et leur être.

L’homme est aussi identifié à l’orgasme féminin, parce qu’il confirme qu’il est un bon amant et que cela conforte son égo de mâle (comme beaucoup de femmes simulent l’orgasme, ce n’est pas un retour tout à fait fiable). Le grand désavantage à faire jouir une femme, comme on l’a déjà dit, c’est que la plupart du temps l’homme éjacule quelques secondes trop tôt, à cause du haut niveau d’excitation et de tension, et ainsi perd sa puissance.p. 47

Le pénis est un instrument puissant capable de générer des états d’extase divine…

Le grand avantage de la présence à soi, d’être conscient pendant la pénétration, est qu’on peut sentir le pénis de l’intérieur, au niveau cellulaire. Finalement, vous avez le temps, il n’y a nulle part où aller (par exemple vers l’éjaculation), vous pouvez donc fixer votre attention à l’intérieur même du pénis.

Écouter son pénis et rester particulièrement attentif à ses mouvements augmente considérablement sa sensibilité et permet de percevoir des sensations fines, délicates, cellulaires, absolument délicieuses qui se diffusent dans tout le corps. Mais pour que cela soit possible, il faut vraiment pratiquer une approche sans hâte, sans objectif, sans but.

Des expériences réellement extatiques, touchantes, palpitantes peuvent se produire par la mise en correspondance des pôles opposés. Quand le pénis et le vagin sont mis en présence dans un contact prolongé, ils se répondent l’un l’autre avec une intelligence innée. Le pénis est un instrument puissant capable de générer des états d’extase divine lorsqu’il est placé dans un environnement réellement complémentaire.p.90

Le pénis est capable d’effectuer une danse du serpent à l’intérieur d’une femme

Lorsqu’une relation s’établit dans le temps, il se peut que l’homme ait des pannes d’érection dues à la diminution de l’excitation. La femme est connue, la situation est connue, la routine est établie, il n’y a plus vraiment de quoi être excité. Pourtant, avec une nouvelle vision de la sexualité, on s’aperçoit que l’excitation n’est pas forcément nécessaire pour l’acte sexuel.

Sans aucun doute, l’érection peut survenir sans excitation ni stimulation à partir du moment où l’homme fait confiance à son pénis. En fait, une vraie érection est une réponse électromagnétique à la force égale et opposée exercée par le vagin. D’un état parfaitement au repos, le pénis peut s’élever lentement en réponse à l’environnement du vagin. La force féminine joue un rôle égal : sa réceptivité attire le pénis et le tire lentement vers l’érection, millimètre par millimètre. Le pénis se déplie lentement comme un serpent qui se dresse dans un mouvement en spirale. L’érection sans stimulation ni excitation peut aussi survenir lorsqu’on est dans une réelle intimité avec la femme. La force féminine exerce alors une attraction sur la force masculine sans que l’homme soit effectivement à l’intérieur de la femme. Certains hommes racontent que c’est comme si le pénis était réveillé par l’ambiance amoureuse créée par la présence et la conscience.

L’érection spontanée est celle qui surgit de nulle part, provoquée uniquement par la différence de polarité entre les forces dynamique et réceptive et par la présence des deux individus à ce moment précis. L’érection qui survient spontanément n’a pas besoin d’excitation ou de fantasmes pour se maintenir : elle a juste besoin de présence et d’attention. Au moment où l’attention de la personne vacille, le pénis commence à se rétracter, à se lover comme un serpent. En retrouvant sa présence et en lâchant les pensées parasites, l’érection revient rapidement. Le pénis est capable d’effectuer une danse du serpent à l’intérieur d’une femme, ce qui est une expérience fabuleuse pour l’homme.p. 98-99

Les hommes sont à la recherche d’une certaine autorité masculine, mais que signifie réellement être un homme?

La capacité à rester présent définit réellement ce que signifie être un homme, particulièrement au vu de la confusion qui règne dans notre culture. Les hommes sont à la recherche d’une certaine autorité masculine, mais que signifie réellement être un homme ?

Ce n’est ni plus ni moins que la capacité à être présent. Si l’homme arrive à être présent dans la femme – sans la pénétrer avec un pénis assoiffé ou exigeant, mais avec un pénis qui est aimant ici et maintenant – alors le pénis peut commencer à « catalyser » ce qui s’est accumulé dans le corps féminin, et lui permettre de se détendre et de se transformer en pur amour – la qualité profonde de la femme.

Pour un homme, il n’y a rien de plus gratifiant que de voir la transformation se faire sous ses yeux.

Loin d’être un fardeau ou une charge, cela donne le sentiment d’accomplir une noble tâche.

Être à l’intérieur de la femme avec conscience est un honneur. Ça me donne (Michael) une certaine confiance en moi – une autorité masculine.

À la fin de la retraite, un grand nombre d’hommes nous confient avoir enfin trouvé une vision positive de la masculinité, et avoir senti que c’est une expérience qui leur change complètement la vie. De plus, quand vous coopérez avec votre nature sexuelle, vous gagnez en maturité et devenez plus homme. Vous êtes plus présent, détendu et connecté à votre être profond ; vous êtes un être humain plus aimant.
p.132

De Diana Richardson et Michael Richardson
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer la source et le site: http://www.elishean-aufeminin.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean au Féminin

 

Chrysalyda.com

 

Téléportons nous!

Les Chinois ont téléporté un objet dans l’espace

Moins d’un mois après avoir établi une communication quantique depuis l’espace vers la Terre sur une distance record de 1.200 km, une équipe chinoise a réussi l’exploit dans le sens inverse, en « téléportant » depuis la Terre un photon à bord d’un satellite en orbite à plus de 500 km d’altitude. Un pas de plus dans la compréhension des propriétés mystérieuses de la physique quantique.

Les applications potentielles d’un tel exploit vont de la cryptographie à l’informatique et l’internet quantiques.

Intrication quantique

C’est un pas de géant dans le domaine de la maîtrise de la téléportation quantique qu’a réalisé l’équipe du professeur Pan Jianwei de l’Université de Hefei en Chine. Celle-ci est parvenue à téléporter avec succès un photon depuis la Terre jusqu’au satellite baptisé Micius, lancé l’an dernier dans l’espace par Pékin. Naviguant en orbite à 500 km au-dessus de nos têtes, Micius embarque des technologies quantiques destinées pour l’heure à la recherche, en attendant d’autres applications potentiellement révolutionnaires.

A proprement parler, l’exploit réalisé par l’équipe du Dr Pan Jianwei n’est pas une téléportation, conçue comme le transfert d’un corps dans l’espace sans parcours physique entre le point de départ et le point d’arrivée. Au sol, les chercheurs chinois ont généré des paires de photons, en ont conservé un sur Terre, et envoyé l’autre sur Micius. Ils ont alors constaté un état dit d’intrication quantique : il s’agit d’un phénomène dans lequel deux particules dépendent l’une de l’autre, quelle que soit la distance qui les sépare. En modifiant les propriétés du photon resté sur Terre, les chercheurs se sont aperçus que les changements affectaient dans une symétrie parfaitement simultanée le photon de l’espace. De quoi contredire une loi fondamentale de la physique établie par Albert Einstein : le principe dit de localité.

satellite micius

Rupture technologique

Cet exploit, de nombreuses équipes dans le monde l’ont déjà réalisé depuis l’an dernier en laboratoire. Mais c’est la première fois qu’il est réalisé en extérieur et sur une aussi grande distance. En théorie, l’intrication quantique s’affranchit de n’importe quelle distance physique, mais en pratique, le procédé demeure très instable au-delà de 100 km, du fait des déperditions en ligne de photons dans les fibres optiques et les canaux terrestres utilisés.

Quelles suites donner maintenant à cette expérience ? Elles sont vertigineuses : Pan Jianwei imagine des applications révolutionnaires, tant commerciales que militaires, comme des communications longue distance parfaitement sécurisées, sans transport spatial de données, donc sans risque d’interception. Outres des machines 100 millions de fois plus puissantes que nos actuels PC, la maîtrise de l’intrication quantique ouvre la voie à l’Internet quantique, plus sécurisé mais aussi infiniment plus rapide.

le dimanche 16 juillet 2017