Hip hip hip Roura

ALAN ROURA : « JE COULAIS PETIT À PETIT »

MARDI 03 JANVIER 2017, 12H35

La Fabrique, skipper Alan Roura (SUI) Aerial illustration of start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendée GlobeLa Fabrique, skipper Alan Roura (SUI) Vue aérienne du départ du

« Bonjour à tous, une belle journée de bataille, de rage et de tristesse pour moi.

La dépression est arrivée et petit à petit, le vent n’a fait que monter. Je venais de rentrer à l’intérieur pour me faire un plat bien chaud, affalé dans mon pouf à billes. Le vent était d’environ 30 noeuds et d’un coup le bateau s’est arrêté net. J’ai entendu un gros crac, je suis sorti et vu le safran tribord flotter à l’arrière du bateau, les traces d’un gros choc était visible : c’était bien un OFNI. 

L’envie de pleurer, de crier, mais avant tout, il fallait voir les dégâts. L’eau a commencé à monter à hauteur de mes pieds, puis de mollets. J’ai vite compris que le temps pressait. Il fallait que je largue la bague de safran encastrée dans la coque. J’ai donc mis, tant bien que mal, le bateau sur « une patte », à la cape, couché, pour éviter que l’eau ne rentre trop. Le vent était déjà monté et avait atteint les 40/45 noeuds. La mer était forte, environ 6 mètres de houle, difficile à dire. J’ai essayé avec les moyens du bord de boucher la voie d’eau. Mais impossible, la mer était trop grosse et c’était surtout trop dangereux de faire juste quelque chose de provisoire. En l’espace de 10 minutes j’avais rempli l’arrière de mon bateau.

Je coulais petit à petit. L’eau a commencé à s’infiltrer partout où elle pouvait. Y compris dans la cellule de vie. Le temps presse et je n’ai alors pas d’autre solution que de boucher en priorité la voie d’eau, avant de penser au reste. Le bateau était très instable, j’ai donc pris la décision d’affaler la grand voile pour laisser mon J3 à contre, la quille sous le vent afin de vraiment le coucher.

La seule solution était de mettre en place le safran de secours, mais dans 45 noeuds c’était du suicide. Mais c’était ma dernière chance pour sauver le bateau, je ne comptais pas rester à le regarder prendre l’eau et s’engloutir petit à petit. Le safran dans la main, le harnais de montagne à poste, un bout de bout et il ne restait qu’à espérer que ma bonne étoile soit toujours avec moi.

J’ai jeté le safran à l’eau puis l’ai tiré par le bout pour l’amener entre deux vagues et l’encastrer dans son logement. Mais il a fallu se suspendre au cul du bateau pour l’aider, attaché et pendu à 5 mètres au-dessus de l’eau. J’avais peu de chance d’y arriver. Mais après 30 minutes de rage, de pleures et d’envie de sauver la Bigoudène, j’ai fini par réussir à le mettre en place.

J’ai ensuite pris le temps de bien remonter le système de barre pour pouvoir reprendre ma route au plus vite et aller chercher le petit temps pour finir des réparations plus définitives.

L’embase en fond de coque a pris un coup par contre, je vais devoir faire de la colle. Quand le safran s’est arraché il na pas fait semblant, ça a arraché les joints qui rendaient le tout étanche. Pour le moment, je prends encore un peu l’eau, mais beaucoup moins. Alors j’ai découpé un sac étanche que j’ai enroulé autour de la mèche et du socle avec un lashing. Je ferai mieux quand je serai sur l’autre bord, dans moins de mer.

L’eau a fait un carnage à l’intérieur, elle a englouti tous les sacs du bateau. Je n’ai plus un seul habit sec, tout est trempé : outils, pharmacie, tout ce qu’il y a dans le bateau. Par chance, le sac avec les ordinateurs de spare est le seul à être intact. Heureusement, car l’ordi de bord principal n’a pas aimé les 50 centimètres d’eau dans le bateau !… Je vais faire le tour de mon système électronique pour évaluer les dégâts collatéraux. 

Je suis très triste car la course avec les autres est terminée, je dois prende le temps de bien réparer pour ramener le bateau à bon port, aux Sables d’Olonne. L’aventure continue, je ne lâcherai jamais. Si j’ai réussi à mettre un safran dans de telles conditions, je dois être assez fou pour finir le tour ! Je suis en sang, le coude, les mains, je me suis coupé de partout et je suis vraiment très fatigué. Mais j’ai le sentiment d’avoir encore franchi un cap, de savoir garder son calme dans ce genre de situation, où de toute façon tu n’as qu’une seule chance.

La météo ne m’aidera pas avant deux jours, je vais devoir faire avec, je n’ai pas le choix. Je vais essayer de rester assez Nord pour prendre le vent faible au plus vite. Si je vois que je n’arrive pas à faire de réparation propre, je m’abriterai au Horn, pour être sur de pouvoir remonter l’Atlantique sans trop de problème !

Pour le moment, je vais prendre le temps de me reposer et manger. Le moral est toujours là, même si la course ne sera plus la même. »

Publicités

Un commentaire

  1. Gilles Labruyère · janvier 3

    Je comprends pourquoi je suis un « terrien » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s