Comment ressusciter……

Quelle distribution Linux légère peut-on utiliser pour ressusciter un vieil ordinateur ?

Le souvenir de la lenteur. Vieilles tours qui ont trois ou quatre versions de Windows de retard, laptops de plus de cinq ans et netbooks qui étaient à la pointe de la mode entre 2006 et 2010 trainent désormais dans les caves et les greniers, prennent la poussière au fond d’un placard ou sont cachés sous une pile de papier. Ces appareils méritent pourtant une seconde vie. Grâce à Linux, vous pouvez réveiller leur potentiel.

Vieilles machines. Lorsqu’on les allume maintenant, si elles s’allument tout court, on a le temps de se cuisiner un repas (et de le manger) avant d’avoir une page web fonctionnelle. Tout espoir n’est pas perdu pour ces ordinateurs aussi vieux que Twitter. Il existe toute une série de distributions Linux légères et accessibles pour donner à ces machines une seconde vie. Alors certes, cela n’améliorera pas le matériel des machines, mais elles seront utilisables et suffiront la plupart du temps pour toutes les tâches de la bureautique jusqu’au web avancé.

Nous en avons testées 3 pour vous sur des ordinateurs retrouvés dans les plus vieux cartons de la rédaction et qui avaient été laissés pour morts. Les distributions  que nous avons choisies s’installent directement sur votre ordinateur, à la place où à côté de votre ancien système d’exploitation. Nous avons écrit un tutoriel d’installation complet pour réaliser ces opérations.

Le roi Lubuntu

La distribution de référence. Basée sur Ubuntu, c’est l’une de ses variantes officielles. Cela signifie que la distribution est reconnue par Canonical, l’entreprise qui assure la certification technique d’Ubuntu. En conséquence, Lubuntu bénéficie du support des infrastructures d’Ubuntu et a notamment accès aux dépôts officiels des logiciels. Et tout comme sa grande sœur, la distribution se caractérise par sa facilité d’accès : pas besoin de taper la moindre ligne de commande, tout fonctionne directement, et les logiciels les plus connus sont à portée de clic dans les dépôts.

Lubuntu fonctionne avec l’environnement de bureau LXDE (Lightweight X11 Desktop Environment), l’un des moins gourmands en ressources dont disposent les distributions libres. La popularité de la distribution lui permet, contrairement à d’autres moins répandues, de disposer d’une traduction française intégrale.

Le revers de la médaille quand l’on ne peut pas se perdre, c’est qu’il est également difficile d’être surpris. Et visuellement, les tons bleus et gris présents par défaut font, avec la sempiternelle barre des tâches en bas de l’écran, très vieillot. Heureusement, les possibilités d’amélioration sont légion.

Lubuntu, c’est la garantie d’une distribution supportée sur le long terme, et qui marche tout de suite. Le choix sûr pour refaire marcher une vieille bécane.

Découvrir, télécharger et installer Lubuntu.

Bodhi Linux, la distribution illuminée

Bodhi, c’est la distribution qui se veut zen et détendue. Sa présentation est assez minimaliste, tout comme la quantité de logiciels fournie avec la plus basique de ses installations. Et dans cette recherche de légèreté, cela implique des logiciels moins connus, comme le navigateur web Midori.

Il existe également une version surnommée AppPack qui comprend une base plus large d’utilitaires, incluant notamment la suite Libre Office, le lecteur VLC ainsi que le navigateur Chromium.  Dans tous les cas, l’AppCenter de Bodhi permet d’étoffer raisonnablement sa base de logiciels en proposant une sélection qui n’est pas la plus étendue, mais recouvre aisément les besoins d’une utilisation classique.

Cet Appcenter  propose également une séries de modules Moksha, l’environnement de bureau spécifique à cette distribution qui est basé sur Enlightenment. Très classique avec sa barre des tâches placée en bas de l’écran, il n’en est pas moins esthétiquement plaisant dans les nuances sombres et polies de ses thèmes de base. Seule son absence de réel bureau (sans installation supplémentaire) pourra dérouter : impossible d’y déposer des dossiers ou fichiers, et le clic gauche comme le droit n’aboutit qu’à une ouverture dans le menu principal. La distribution est par défaut forcément en anglais.

Bodhi Linux reste dans l’ensemble une distribution plutôt basique, très personnalisable autour du pack d’apps minimal fourni et qui tourne très bien tout en conservant une esthétique plaisante. Et sur une vieille machine qui n’a de toutes façons pas la capacité de faire tourner les programmes les plus lourds, c’est au-delà de ce qu’on pouvait espérer.

Découvrir, télécharger et installer Bodhi Linux.

Linux Lite, le même en plus petit

Linux Lite est une distribution basée sur les versions LTS (Long-term-support) d’Ubuntu, ce qui signifie qu’elles bénéficient d’un support technique et de mise à jour régulières pendant cinq ans. Son objectif ? Être aussi complète qu’Ubuntu mais en beaucoup, beaucoup plus légère.


Son environnement de bureau XFCE arrive fourni et complet avec tous les logiciels majeurs dont a besoin un utilisateur, que ce soit en termes de bureautique, multimédia ou navigation sur internet. L’apparence des fenêtres et des menus, qui rappelle par de nombreux côtés celles des distributions les plus répandues (comme Mint par exemple) est agréable et instinctive. Une variété de thèmes est disponible d’entrée pour un ensemble visuellement lisse et plaisant.

Linux Lite parvient à allier la puissance d’Ubuntu avec une interface agréable à l’œil et fonctionnelle. Avec ça, votre vieil ordinateur n’a pas grand chose à envier aux setups les plus récents.

Découvrir et installer Linux Lite.

Sachez qu’il existe également des distributions qui sont prévues pour fonctionner uniquement ou principalement à partir d’une clef usb qui est à la fois le support du système d’exploitation et le lieu du stockage des données. On peut notamment citer Puppy Linux, TinyCore ou encore Pixel, à la base prévue pour Raspberry Pi. Celles-ci, minimalistes et souvent austères sont parmi les distributions les plus légères qui existent et peuvent s’avérer adaptées à une utilisation particulièrement nomade ou les appareils pour lesquels même les distributions décrites au-dessus sont trop consommatrices.

Pour votre ordinateur de tous les jours, nous avons également dressé la liste de nos distributions préférées !

Publicités

14 commentaires

  1. Une machine sous Lubuntu, une machine sous Ubuntu, que je n’ai pas encore eu le courage de convertir en Lubuntu. La machine de mes parents (85 ans) sous Lubuntu. Et même pas une colère tous les quatre mois … c’est bon !

    • Tuxnux · mai 2

      Chez moi pareil d’abord ma mère sous Debian puis sous Ubuntu mate, mon père sous Ubuntu mate un an après ( précipité par le passage Windows 10)

    • Tuxnux · mai 2

      je ne te dis pas leur age….

      • Preuve quand même qu’une utilisation « de base » de Linux est relativement facile. Une toute bonne journée à toi, Tuxnux.

  2. Leodamgan · mai 2

    Je crois que je vais rester avec UBUNTU Mate 15 sur mon petit netbook (disque dur de 8 Go)… Il est là en secours en cas de problème sur mon PC breton au moment d’imprimer les cartes d’embarquement du retour en Ile-de-France… 😉

    • Tuxnux · mai 2

      mais bien sûr, c’est clean ou si tu veux plus sûr il y a Debian. Je pourrai t’aider aussi à l’installer sur tes autres ordi en double boot si tu veux

      • Tuxnux · mai 3

        j’ai tester les différentes propositions je garderai Ubuntu Mate ou Debian

        • Tuxnux · mai 3

          Au fait Maintenant c’est arrivé à 17.04

          • Leodamgan · mai 7

            J’avais essayé l’upgrade en 16.x et j’ai explosé les 8 Go de mon netbook tout en perdant des possibilités auxquelles je tenais (lister clairement les applications installées afin de virer ce dont je n’avais pas besoin). Alors, j’ai tout rasé et je suis retournée à la 15… Impec, pour moi!

            A part ce netbook, j’ai en région parisienne un gros PC portable sous win XP qui nous est bien utile en plus du gros PC de bureau sous Win 10. Comme ça, Marc et moi avons chacun de quoi pianoter quand l’envie nous en prend. L’intérêt du PC sous XP, outre qu’il n’intéresse plus les hackers vu son âge canonique, c’est de conserver certains logiciels qui ne sont plus supportés en Win 10.

            Alors, tu me diras de passer sous Linux. Remarque, je veux bien essayer Ubuntu mate en double boot sur un PC de bureau pour voir ce que cela donne. Si j’ai bien compris, je peux booter sur l’un ou autre système? Tu me conseilles Ubuntu mate 17.04?
            Bon week-end, Tux

            • Tuxnux · mai 7

              oui ou Debian as tu testé en 64 ou 32 bits

              • Leodamgan · mai 8

                Je n’ai pas testé encore le double boot, ce serait après mon retour en région parisienne.

  3. ptb41 · mai 6

    Coucou Tux ! 🙂

    • Tuxnux · mai 7

      Alors quand est-ce que tu passes sous Linux?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :